A qui avons-nous l’honneur, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Daniel TOHOU, née à Paris, français d’origine togolaise, j’ai grandi et vis toujours à Villiers-le-Bel (Val d’Oise). Je suis un artisan tailleur homme (fashion designer), l’artisanat et le travail à la main fut pour moi une révélation.

Depuis quand exercez-vous votre métier ? Et avez- vous suivi une formation spécifique ou êtes- vous autodidacte ?

Je suis dans la mode depuis ma naissance, j’ai toujours eu un sens du style, des proportions et des couleurs, mais c’est avec ma mère, couturière, que j’ai pu découvrir la fabrication d’un vêtement, découvrir différents tissus, surtout le wax hollandais, que ma mère vendait avec ma grand-mère au marché de Lomé avant de venir en France, des tissus comme le Kente, le bazin, la soie ou la laine. J’ai suivi une formation dans la plus prestigieuse et la seule école de tailleur en France, l’association formation tailleur (AFT), dirigée par un ancien tailleur, Monsieur Guilson, et qui m’a appris la base du métier, comme la prise de mesure, le patronage, les essayages et bien sûr le montage d’une veste, entièrement à la main et qui demande patience, abnégation et discipline car rien que pour la veste, il faut au moins 80 heures, principalement à la main. J’ai poursuivi et acquis de l’expérience chez de grand tailleur parisien comme Camps De Luca et Lanvin, pour finalement apprendre véritablement toutes les étapes de mon métier chez l’un des plus grands, Francesco SMALTO.

En 3 mots, comment décrivez-vous votre style ?

Savoir-faire, élégance et héritage.

Et quels sont vos influences  et vos sources d’inspirations ?

Mes influences sont multiples, mais une période est vraiment déterminante pour moi, et c’est pour cela que j’ai voulu commencer ma première collection en rappelant cette époque, ce sont les années 30, une période vaste non seulement pour la culture noire en générale, mais par le style des costumes de l’époque jusqu’à aujourd’hui inégalé en terme de coupe et de style. Les vestes près du corps, un cintrage parfait et l’avènement d’un dandysme incroyable, cette période est ma base en termes d’inspiration.

Paris est également inspirante, grouillante de style différent, cosmopolite. En terme d’influences mode, les grands tailleurs de chez Saville Row m’ont énormément apporté comme NORTON and SONS, Henry POOLE ou Maurice Sedwell, plus particulièrement Ozwald Boateng, c’est lui qui m’a donné l’envie de devenir tailleur ! Le seul tailleur africain de la plus célèbre rue londonienne, regroupant les tailleurs anglais  les plus prestigieux au monde. L’Afrique bien sûr, de par l’héritage qu’elle m’a laissé, mais aussi par la créativité et la vie qu’elle m’apporte, je suis constatement connecté avec cette dernière, car sans le continent mère, je ne pourrais tirer l’essence de mon talent créatif.

Vous avez participé à l’événement Fashion & Lifestyle du Labo Ethnik lors du défilé le Vendredi 23 mai dernier, de nos jours comment voyez-vous la mode africaine ?

Je pense que la mode africaine est le marché de demain ! Des usines et fabriques voient le jour, des créateurs talentueux commence à comprendre que notre mode peut se modernisé tout en gardant son héritage. La mode africaine manque juste de visibilité, mais avec des événements comme les Fashion week qui s’organisent tous les ans, cela avance, il ne reste plus qu’à être fiable économiquement, à faire venir les acheteurs, car c’est la clé de voute de la viabilité des maisons de mode africaine.

Pouvez-vous  nous faire part d’exclusivités en termes d’événements ou autres ? Et comment pouvons-nous vous suivre (réseaux sociaux, site internet etc …) ?

Je prépare quelques événements tout au long de l’année, qui seront dévoilés au fur et à mesure et qui me permettront de rester connecter avec ces MESSIEURS.

Vous pouvez suivre l’actualité de NEFER sur la page officielle sur FaceBook (NEFER Officiel) www.facebook.com/neferbydanieltohou

Retrouvez-nous également sur : Instagram, Twitter et Printerst à NEFEROFFICIEL.

Pour les hommes cherchant des inspirations de style et d’art de vivre, un blog leur est dédié, NEFERPOLITAIN, sur la page Tumblr NEFEROFFICIEL.

Un conseil pour ceux & celles qui souhaiteraient se lancer dans l’industrie de la mode ?

Tout d’abord  aimé ce que l’ont fait, faire preuve de patience, mais surtout, être former au métier que l’on veut exercer, pas forcément dans des grandes écoles, mais au moins acquérir de l’expérience dans le secteur, pour comprendre la mode de manière globale, savoir comment marche un atelier et le degré d’exigence que vous demanderons les clients et les boutiques car il y a une très grande différence entre coudre dans sa chambre et pouvoir répondre à une demande de 200 robes par un distributeur, cette différence est la compétence…

Un petit message pour le blog « Le Monde du Wax » et ses lectrices/ lecteurs ?

Restez-vous même ! Affranchissez-vous des codes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *