Connaissez vous le programme ITC Ethical Fashion Initiative ? Non, pas encore ! Alors à travers ces prochaines lignes vous allez découvrir ce programme, une très belle initiative alliant le savoir faire des artisans d’Afrique et d’Haiti avec de grands créateurs de mode.

Nous avons eu l’occasion de discuter et de le rencontrer, sans plus attendre notre interview exclusive avec notre invité spécial du mois : Simone CIPRANI, fondateur d’ITC Ethical Fashion Initiative

Simone CIPRANI et Chloé MUKAI – ITC Ethical Fashion Initiative #LeMondeDuWax

Bonjour Simone, comment vous est venue l’idée de fonder ITC Ethical Fashion Initiative ?

Je vivais en Afrique et ayant toujours travaillé dans le secteur de la mode depuis plus de 25 ans j’ai accepté un poste en Ethiopie dans le cadre de mes fonctions à l’ONU, j’ai découvert des micro entreprises crées par des femmes.

Elles exerçaient leur métier dans des endroits inadaptés avec des matériaux  à moindre coût. C’est donc à partir de ce constat, que j’ai imaginé les collaborations possibles entre des maisons de luxe et le savoir-faire de ces femmes et d’artisans locaux.

Depuis quand ce programme existe-t-il et comment fonctionne-t-il ?

ITC Ethical Fashion Initiave a été créé en 2009 et a pour but de mettre en relation des micro entreprises avec de grands stylistes du monde de la mode pour développer ce secteur sur l’étique de la mode. Notre première entreprise sociale a été créé en 2009, au Kenya.

Quelles ont été les premiers partenariats qui ont pu vous soutenir dans vos débuts  ?

Il y a la marque COOP (marque de maroquinerie) qui nous a commandé plus de 300 000 petits sacs. Cela nous a permis de débuter notre 1ère entreprise sociale. Par la suite, plus d’un millier de micro producteur ont travaillé avec des marques comme :

Sass& Bide (Australia) Stella McCartney (UK) Lancaster (France) Isetan (Japan) Takashimaya (Japan) Vivienne Westwood (UK) Stella Jean (Haiti/Italy)

Et bien entendu nous travaillons également en étroite collaboration avec des créatrices  comme Christie Brown, Anita QUANSHA, MO SAIQUE, Sophie ZINGA, Lisa FOLAWIJO , DUABA SERWA … nous les soutenons notamment dans des festivals, des défilés, ou showroom à Milan (ITALIE).

Pour vous, comment définirez-vous la mode éthique et comment vous la percevez dans les années avenirs ?

Je définirai la mode éthique comme responsable, l’importance de ce mouvement est de savoir comment est réalisé le produit. Selon moi, c’est l’avenir de la mode, car elle fonctionne par la mondialisation

Nous ne pouvons pas créer des conditions de travail inadaptées dans des pays en voie de développement et ensuite fermer les yeux.

Il faut être responsable et se sentir responsable de nos actes. Par exemple, l’achat d’un simple accessoire peut avoir des conséquences : autant pour celui qui l’achète que pour celui qui le produit, à travers des conditions de travail, d’acheminement ou de fabrication. C’est aussi le rôle du consommateur de faire cette démarche, en s’informant sur l’aspect sociale et environnementale du produit . Nous sommes fiers du travail accompli car les choses évoluent de plus en plus dans la bonne direction.

Quels rôles peuvent jouer les différents acteurs : tant les  consommateurs, ceux l’industrie de la mode ou les médias  ? Et quelle est votre vision de la mode ethnique à travers le monde ? 

Les consommateurs jouent un rôle important dans l’industrie de la mode.

Auparavant on trouvait les grands stylistes en Italie ou en France, et ils travaillaient en étroite collaboration avec les artisans. Mais le marketing et  la commercialisation de masse s’en sont  mêlées et ont  en quelques sortes, mis énormément de distance dans la relation entre le styliste et l’artisan.

A travers la mode éthique, les consommateurs demandent que ce lien soit rétabli, et obtenir en conséquence, l’authenticité du savoir-faire.

Le potentiel du continent africain de par ses créateurs, ses stylistes de talents, donnent une plus-value au monde de la mode et du luxe.

Je pense que la mode ethnique est la mode qui parle à tout le monde, de par les différentes cultures qu’elle implique, qu’elle soit africaine, asiatique, européenne, sud-américaine…  Mais c’est avant tout le reflet du métissage des cultures.  Ainsi, on peut  s’habiller avec un tissu africain, le lendemain avec un tissu qui nous rappelle l’Asie…  le mélange des cultures est une grande richesse pour celui qui sait la mettre à disposition du monde et donc d’un large public par ses différentes inspirations créatives et culturelles.

Not Charity, Just Work. MIMCO

Après toutes ces années à sillonner le monde et plus particulièrement  sur le sol africain, quelle est votre plus belle satisfaction à l’heure actuelle ?

Ma plus grande satisfaction professionnelle est celle de voir ces femmes issues de quartiers  défavorisés qui changent de vie en s’épanouissent dans leur travail en améliorant  leur condition de travail et donc social  puis voir leurs enfants s’instruire à l’école et devenir des personnes indépendantes au profit de leur milieu social, c’est le côté humain de cette expérience de voir l’évolution de ces personnes avec qui on collabore dans cet élan qui est ma plus grande satisfaction. Le développement personnel de ces personnes qui gèrent désormais leur vie avec dignité est une chose exceptionnelle qui n’a aucun prix.

La dignité et la charité ont des sens bien différents. La charité est importante pour l’aide à apporter pour la construction d’hôpitaux, d’écoles etc mais en ce qui concerne de la dignité de la personne il faut que cela se produise par l’accès à l’emploi. NOT CHARITY, JUST WORK ! 

Pouvez-vous nous faire partager des prochains évènements à ne pas louper au sein de l’ITC EthicalFashion Initiative ?

Je vais aussi vous parler d’un partenariat avec une styliste très prometteuse qui est Stella Jean d’origine Haitienne et italienne qui a crée sa maison de couture basée avec du tissu africain (le wax), elle est incroyable car elle a eu le courage de développer le style africain et c’est ce qu’elle a fait avec succès en mettant en valeur d’autres tissus venant du Burkina Faso, du Mali.

Elle est l’une des stylistes les plus prometteuse dans son domaine dans la mode car elle prouve que le métissage des cultures et la vision qu’on peut se faire est possible et c’est qui est bon et beau à voir !!! Elle met en avant la qualité de la manufacture italienne dans la production et la culture africaine avec les différents tissus ce mélange de couleurs vifs et colorés d’authenticité le résultat fait une mode éthique, ethnique et universelle.

Un événement qui va se dérouler à New York, le 24 mars  et bien d’autres projets qui seront bien sur relayer sur nos différents réseaux sociaux.

11025985_673750536103341_4902125978726167537_n

The Hand of Fashion cover 1st edition

Pour suivre toutes leurs actualités, rendez vous sur le site officiel :

 www.ethicalfashioninitiative.org

 FACEBOOKTWITTER INSTAGRAM 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *