Que sont-ils devenus ? avec les fondateurs de la marque PANAFRICA

Partagez cet article à un(e) ami(e)

Et si on prenait le temps de prendre des nouvelles des marques qui sont passées par ici la première fois ?

Débutons avec PANAFRICA, une marque de baskets éthiques et éco-responsables fabriquées en Afrique. (Rappel lisez notre premier article en 2015 : ICI)

Notre première interview remonte en 2015, la vision des débuts est-elle toujours intacte ou a t-elle changé ?

Ces 5 années se sont écoulées très vite ! Notre vision est toujours la même : construire et développer une entreprise optimiste et durable en rassemblant autour de nous de talentueux partenaires en Afrique. Nous continuons à jouer avec les styles, les matières, les couleurs, tout en renforçant nos partenariats avec de belles structures au Maroc, Côte d’Ivoire, Burkina Faso et Ghana.

Leurs entreprises grandissent avec la nôtre et nos engagements mutuels pour une mode juste et responsable se renforcent.

La marque est distribuée dans les grands magasins (Galeries Lafayette, Monoprix …) comment avez-vous gérée cet engouement auprès de votre communauté ? À quoi ressemble la communauté de PANAFRICA ?

Les partenariats avec ces grandes marques ont débuté assez tôt dans la jeune vie de PANAFRICA avec par exemple la préparation d’une collaboration avec les Galeries Lafayette dès notre première année d’activité. Nous avons donc appris en faisant et en nous adaptant à leur mode fonctionnement, notamment en termes de livraison etc., sans jamais pour autant renoncer à nos engagements éthiques auprès de nos partenaires. Ces collaborations nous permettent d’être au plus près de la communauté PANAFRICA en rendant nos produits accessibles dans de nombreux magasins. S’il fallait dresser un portrait-robot de cette communauté, cela serait difficile tant les profils sont variés en terme d’âge, d’origine, de style. Toutefois, on souligne une volonté commune de porter des produits dont l’histoire est transparente et avec un impact positif sur l’environnement et les économies locales.

C’est également une communauté impliquée dans le développement de PANAFRICA et qui nous aide régulièrement dans la création de nos collections.

On a vécu un coup d’arrêt suite au confinement planétaire, comment avez-vous gérer la gestion des commandes en pleine campagne de financement de participatif pour la collection « ARUSHA » ?

Le confinement a effet débuté quelques jours après le lancement de notre nouveau modèle ARUSHA en crowdfunding sur ULULE. Cette campagne étant basée sur un système de pré-commandes, avant le démarrage de la production, la crise sanitaire n’a pas perturbé ce projet outre-mesure. Nous avons toutefois prolongé la période de pré-commandes, le temps que notre atelier reprenne son activité, repoussant la livraison des modèles (près de 1500 paires !) quelques jours plus tard que prévu.

Pour les commandes sur notre site, nous avons également opté pour un système de pré-commandes en informant nos clients que les livraisons seraient faites dès le déconfinement.

Dans ces deux situations, notre communauté s’est montrée très compréhensive et nous a soutenu dans nos choix, nous en profitons pour la remercier !

Pourquoi avoir fait le choix d’une marque Made in Africa ? Comment choisissiez-vous les artisans avec qui vous travaillez et pouvez-vous nous parler d’un ou plusieurs artisans en particulier? 

Le choix du Made in Africa est directement lié à nos parcours personnels : origines, expériences personnelles et professionnelles, voyages.

L’Afrique n’est pas seulement un continent de matières premières. C’est un continent qui regorge de belles entreprises, de beaux projets, de personnes qui œuvrent au quotidien pour transformer, créer de la valeur ajoutée, valoriser et magnifier des matières locales. Nous choisissons donc nos partenaires en fonction de cela.

Par exemple, nous sommes fiers de travailler depuis plus de 3 ans avec l’association Afrika Tiss au Burkina Faso qui œuvre pour le maintien de savoir-faire traditionnels et l’autonomisation des femmes à Ouagadougou. Afrika Tiss forme une trentaine de femmes au tissage et à la teinture écologique du coton local. Les élèves du centre reçoivent également une formation à l’entrepreneuriat afin de pouvoir développer leur activité de manière pérenne.

Dans le cadre de ce partenariat, nous nous engageons à acheter une partie de leur production de toiles tissées selon un prix juste et soutenons le développement de la structure en participant financièrement, via des dotations,  à divers dépenses et investissements : matériel, matières, salaires des professeurs etc…

Quelles ont été les difficultés auxquelles vous avez été confrontés et comment avez-vous réussi à les résoudre ? 

La principale difficulté lorsqu’on décide de développer une activité sur un autre continent, en appliquant des principes éthiques forts de surcroît, reste la distance. Nous avons donc appris petit à petit à développer une relation de confiance avec nos partenaires et maintenu une certaine proximité en terme de contacts et de fréquence de visites afin de pouvoir travailler au mieux et s’adapter les uns aux autres.

Est-ce si difficile de travailler en Afrique quand on n’a pas forcément d’origine africaine ? Quels ont été les réflexions ou préjugés que vous avez pu entendre et recevoir depuis le début de la création de votre marque ? Que diriez vous à ces détracteurs ? 

Nous n’avons pas eu de difficultés liées à nos origines dans le développement de PANAFRICA. Nous partageons avec nos partenaires, fournisseurs, clientèle etc.. cette même envie de mettre en avant le continent africain et ses savoir-faire, c’est ce qui nous réunit.

Hugues & Vulfran PANAFRICA

On a pu nous souligner, au démarrage de PANAFRICA, qu’il était dommage de résumer le savoir-faire africain à un seul et unique tissu qu’est le Wax (et dont les origines ne sont d’ailleurs pas tout à fait africaines). Nous avions bien cette limite en tête mais notre objectif n’a jamais été créer simplement une marque de baskets en wax. Avec le temps, nous avons pu développer notre activité et donc mettre en place de nouveaux partenariats mettant en avant d’autres savoir-faire tels que la toile tissée ou encore le batik. Et ce n’est que le début.

Hélène – PANAFRICA

Selon vous, quelles seraient la première chose pour faciliter à l’attraction à travailler en Afrique ?

Il y a une multitude de créateurs et entrepreneurs africains qui ont su construire des entreprises pérennes et innovantes. En leur donnant de la visibilité et en montrant leur dynamisme, cela faciliterait l’attraction à travailler sur le continent africain.

Les lieux les plus inspirants pour vous en Afrique quand vous y rendez ? 

Il y en a tellement ! L’énergie incroyable de la grande ville d’Abidjan nous inspire tout autant que lorsque nous allons sur les côtes ghanéennes dans les villages de pêcheurs. On adore aussi beaucoup être sur la route et voir défiler les paysages.

Les personnalités les plus marquantes que vous avez pu rencontrer ? De ces dernières années, quel est votre plus beau souvenir en Afrique ?

Toutes les rencontres que nous avons pu faire ces 5 dernières années nous ont chacune marqués à leur niveau. La dernière en date, s’est faite il y a un an au Ghana où nous avons rencontré Esther. Une femme entrepreneure qui tient les rennes d’un atelier de teinture artisanale de batik. Une personne très optimiste avec laquelle nous avons rapidement tissé des liens. Nous avons déjà hâte de retourner la voir et surtout de continuer à créer de beaux projets ensembles.

Quels seraient les 3 conseils que vous donnerez à tous ceux et celles qui souhaitent s’installer et travailler en Afrique ? 

Passion, patience et adaptation.

Quelle que soit la région dans laquelle on veut s’installer, il faut savoir s’adapter, être flexible et accepter de travailler différemment en créant son propre modèle. Le copié-collé n’existe pas dans l’entrepreneuriat.

Avez-vous des futurs projets à partager en exclusivité ? Prochain challenge ! 

Le prochain challenge s’est malheureusement imposé à nous avec cette crise sanitaire. Mais toute l’équipe redouble d’efforts pour tenir le cap et maintenir les projets qui étaient prévus.

Les actualités pour cet été, l’arrivée de nos modèles chez Monoprix et notre joli partenariat avec Agnès b. !  

Un petit message à nous faire passer ? 

Merci Amy et la WaxCommunity de nous suivre depuis bientôt 5 ans ! 

Exclusivité pour toute la WaxCommunity :

On vous offre 10% de réduction sur tout le site PANAFRICA : ICI

Avec notre code promo « PANAMDW », valable du 10 au 30 juin 2020.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares